Bilan de la législature 2006-2012

Débat organisé par Canal C sur la législature en cours

Publié le jeudi 9 août 2012

Lors des débats sur les bilans de législature à Canal C, Brigitte Maroy, échevine depuis 2000, retournée dans l’opposition lors du renversement de majorité en 2008, représentait ECOLO face aux autres partis présents au Conseil communal : LDB-IC, MR et PS.

Qu’en retenir ?

Fallait-il changer de majorité ? 2 interprétations s’opposent, et Brigitte Maroy conclut que 8 années de bon fonctionnement ont été mis à mal dans l’intérêt, non pas du citoyen, mais du bourgmestre. Si l’objectif était de renforcer la majorité, dans les faits, ce sont les tensions et dissensions au sein du Collège qui ont augmenté. Ce qui se ressent dans le quotidien de la gestion communale.

Les investissements réalisés depuis 2006 avaient été initiés par la majorité précédente et ont été continués par l’actuelle. Les projets pharaoniques, qu’Ecolo ne soutenait pas, ont été heureusement abandonnés. Actuellement, les investissements se font sans véritable projet politique, au gré des subsides glanés. Alors que durant les 8 années de participation d’Ecolo, les projets qui ont abouti sont issus de l’accompagnement du développement rural dont l’échevine Ecolo s’occupait. De plus, Brigitte Maroy constate que, depuis le départ des écologistes, il y a un laisser-aller par rapport aux investissements en matière de performances énergétiques des bâtiments communaux. Temps perdu,donc argent perdu de même que de nombreux subsides.

L’importance de préserver le caractère rural de Sombreffe fait l’unanimité et Brigitte Maroy rappelle que les outils d’aménagement du territoire, comme le Schéma de structure ou PCAR, ont été mis en place ou initiés par ECOLO pour permettre aux citoyens de participer à la vie de leur village et de porter, avec les autorités politiques, la préservation du caractère rural. Ecolo déplore que les outils de participation citoyenne aient été détricotés au fil des quatre dernières années, que les commissions se soient très peu réunies dont la commission du développement rural qui a été carrément suspendue pendant plus d’un an et demi. La majorité s’en est tenue au strict minimum légal en matière de consultation. En plus de ce recul de la participation citoyenne, le Bourgmestre Bertrand et son équipe sont passés à côté de différentes sources de financements régionaux qui auraient pu améliorer la ruralité, le cadre de vie, et la sécurité dans nos villages.

www.canalc.be

Forum