Il est temps d’écouter ceux qui souffrent de la crise au quotidien

Depuis le début de la crise en 2008, la journée internationale pour l’élimination de la pauvreté est l’occasion de malheureusement constater d’année en année l’explosion des indicateurs sociaux préoccupants en Belgique. Face à ces constats, Ecolo appelle à une véritable politique globale de lutte contre la pauvreté au niveau fédéral. On ne peut se contenter d’actions gadgets et cache-misère, ces Belges qui souffrent de la pauvreté au quotidien ont besoin de politiques à la mesure des efforts accomplis pour réduire le déficit public. Des solutions existent pour garantir un niveau de vie décent à chacun. Face à la situation sociale actuelle, il est impératif de les mettre en œuvre.

Publié le lundi 21 octobre 2013

Les indicateurs sociaux sont alarmants :

- 15,3% de la population belge vit sous le seuil de pauvreté contre 14,7% en 2008 ;
- près d’un enfant sur cinq est en risque de pauvreté ;
- le nombre de bénéficiaires du revenu d’intégration sociale a crû de 14% depuis 2008 ;
- 30,1% de la population éprouve des difficultés à couvrir ses dépenses de logement ;
- 5,1% de la population belge vit dans un ménage dont un des membres a dû reporter ou annuler des soins de santé au cours de l’année écoulée pour des raisons financières (contre 2,7% en 2008) ;
- environ 660.000 travailleuses et travailleurs sont sans emploi….

Devant ces constats, la Secrétaire d’Etat à la pauvreté multiplie les actions symboliques et inefficaces depuis son arrivée au gouvernement : ruban blanc aux fenêtres, manuel pédagogique envoyé aux écoles… tandis que d’autres mesures fédérales assombrissent le tableau : dégressivité des allocations chômage, limitation dans le temps des allocations d’insertion, diminution de l’enveloppe bien être….

Ça suffit ! Il est temps de voir les choses en face et d’enfin porter les réformes nécessaires pour garantir le bien être de chaque belge, à savoir notamment :

- le relèvement des allocations sociales minimales au seuil de pauvreté ;
- l’individualisation des droits sociaux ;
- le relèvement du salaire minimum ;
- un soutien fédéral aux travaux qui permettent aux familles d’économiser l’énergie.

Les communicateurs de la Belgique joyeuse doivent aussi entendre ce cris des Belges qui s’enfoncent chaque jour un peu plus dans la crise et la précarité. Il est temps d’agir.

Vous trouverez, sur le site de la RTBF, une carte interactive de la pauvreté en Belgique. Cette carte référence "l’indice synthétique de pauvreté", commune par commune,réalisée à partir d’un indice basé sur 138 variables, pondérées et couvrant des domaines aussi variés que l’accès aux soins médicaux, l’équipement du ménage, le statut d’occupation du logement, les problèmes de paiement, la participation à la vie sociale, etc. Cette carte interpelle dans sa répartition des inégalités et permet de casser quelques clichés sur des communes soient disant plus riches... à consulter sur le lien suivant :

http://www.rtbf.be/info/societe/det...

Forum